Le Conseil d’Etat a tranché mercredi 2 mars,
une infirmière non-vaccinée n’aurait pas dû être suspendue par l’hôpital de Lorient alors qu’elle était en arrêt maladie.

Cet arrêt devrait fixer la jurisprudence et valoir pour tous les recours, similaires, engagés sur le territoire national.

Le Conseil d’État valide la décision du tribunal administratif de Rennes

Le Conseil d’État a validé ce mercredi 2 mars la décision du tribunal administratif de Rennes concernant une soignante de l’hôpital du Scorff à Lorient. Elle avait été suspendue en septembre 2021 car non-vaccinée contre le Covid-19 et qu’elle était en arrêt maladie : “C’est un immense soulagement confie Hélène,  j’attendais ça depuis longtemps, je vais enfin pouvoir me recentrer sur moi-même et prendre mes distances par rapport à l’hôpital”

Dans une obstination sans vergogne, le Directeur du Groupe Hospitalier de Bretagne Sud, Mr Gamond-Rius (qui est aussi 1er vice-président de la Fédération Hospitalière de France pour la Bretagne), avait contesté cette décision devant le Conseil D’État.

Pourquoi ?
Avait il reçu des consignes? Qui venait d’où ? De qui ?

Nous invitons chaque visiteur, manifestant ou non, à faire la lumière sur les articles fournis et sourcés de notre site. C’est-à-dire que chacun de vous est capable de mettre en place une réflexion objective et sourcée, d’arguments permettant de comprendre où se trouve la vérité. Le bon sens commun étant mis à mal, nous comptons sur vous pour valoriser et véhiculer ce que les médias mainstream ont abandonné pour une propagande orchestrée.