La Haute Autorité de Santé (HAS) a été créée sur trois principes fondateurs : l’indépendance, la rigueur scientifique de ses décisions et la transversalité de ses travaux, qui devaient faire autorité.

Elle a perdu son indépendance, car sa présidente a été nommée par décret du président de la République, les experts auxquels elle fait appel sont souvent bardés de conflits d’intérêts avec les firmes de la santé, et contre l’avis de son comité de déontologie, elle ne reconnaît toujours pas leurs prises en charge dans les congrès ainsi que leurs invitations au restaurant comme des conflits d’intérêts majeurs ; elle n’a plus de rigueur scientifique puisque ses recommandations portant sur une 3ᵉ dose en font la démonstration contraire ; enfin, elle ne fait plus autorité, puisque toutes les décisions sont prises à l’Élysée…

 Il est bien regrettable que la HAS ait baissé à ce point son niveau d’exigence requis pour accorder aussi facilement son label à des travaux pseudo-scientifiques et valider ainsi ses injustifiables recommandations dans le but de plaire au pouvoir.

Le niveau d’exigence de la HAS évolue-t-il selon les besoins du pouvoir ?

 

Nous invitons chaque visiteur, manifestant ou non, à faire la lumière sur les articles fournis et sourcés de notre site. C’est-à-dire que chacun de vous est capable de mettre en place une réflexion objective et sourcée, d’arguments permettant de comprendre où se trouve la vérité. Le bon sens commun étant mis à mal, nous comptons sur vous pour valoriser et véhiculer ce que les médias mainstream ont abandonné pour une propagande orchestrée.