Julien Pasquet: «Alors moi l’inclusion des 12-18 ans, franchement, laissez-les tranquilles les enfants.»

Nathan Devers: «C’est surtout qu’ils vont nous en vouloir et ils auront raison. Ils vont en vouloir à la société, dans 10 ans, dans 15 ans, ils vont en vouloir à la société de tout ce qu’ils ont subi.

 

«Nos 12 – 18 ans vous nous en vouloir, et ils auront raison ! Ils vont en vouloir à la société de tout ce qu’ils ont subi»

 

Et je n’ai pas envie que les enfants deviennent la variable d’ajustement d’une politique qui est complètement folle.»

Nathan Devers:  : Il ne faut jamais parler au nom des enfants en politique, mais je suis certain que dans 20 ans, ce sera une génération qui nous en voudra à tous. À tous ceux qui ont laissé faire, à tous ces égoïstes, parce que ce sont des égoïstes. Les gens qui ne se rendent pas compte de la catastrophe pédagogique que c’est à l’école.

Kevin Bossuet: «Je suis parfaitement d’accord. Je suis prof en collège et je vais parler au nom des enfants parce qu’on ne les entend jamais. C’est une souffrance perpétuelle. Et le pire dans tout ça, c’est qu’on leur fait porter la responsabilité de la propagation de la covid 19. J’ai déjà vu des gamins qui pleuraient de peur de contaminer leurs parents, de peur de contaminer leurs grands-parents. On leur impose un masque tout le temps, dans la salle de classe, dans la cour de récréation et maintenant dans les rues.

Nous invitons chaque visiteur, manifestant ou non, à faire la lumière sur les articles fournis et sourcés de notre site. C’est-à-dire que chacun de vous est capable de mettre en place une réflexion objective et sourcée, d’arguments permettant de comprendre où se trouve la vérité. Le bon sens commun étant mis à mal, nous comptons sur vous pour valoriser et véhiculer ce que les médias mainstream ont abandonné pour une propagande orchestrée.